Profession de Foi

La Fleur de Lotus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Fleur de Lotus

Message par Hovorca le Mar 29 Mar - 15:50

La fleur de lotus est considérée comme l’une des plus belles fleurs du monde et son parfum est subtil.

En 1951, l’une des trois graines d’un lotus vieux de 2.000 ans découvert dans la région Kemigawa de la Préfecture de Chiba (Japon) a fleuri.

Depuis, elle est connue pour être « la plus ancienne fleur du monde » ; symbole de fécondité oblige .

La Fleur du Lotus et le Boudhisme

Le lotus représente la possibilité pour tout être humain de parvenir à l’état de bouddha quelles que soient les conditions de vie, tout comme la fleur de lotus poussant dans un étang boueux.

Le fait que le lotus soit en même temps fleur et fruit symbolise la simultanéité de la cause et de l’effet au sein de l’existence.

Le lotus blanc représente la perfection spirituelle du Bouddha, cette couleur résume en elle toutes les autres. Le lotus rose est associé au Bouddha historique Shakyamuni, le bleu, à Manjushri et le rouge représente la compassion de tous les bouddhas. Lorsqu’il est stylisé, il a 8 pétales qui renvoient à l’Octuple noble sentier

Octuple : 1.Qui contient huit fois, qui égale huit fois une quantité donnée.

Vocabulaire apparenté par le sens : octovo = huitièmement d'où le mot octave, dérivé octans huitième partie du cercle. L'octave en musique : d’un point de vue harmonique, l’octave est l’intervalle le plus consonant. Son renversement est un unisson. L'octave augmentée ou diminuée est rarissime.

Définition physique
En définissant un son par sa fréquence, et en faisant varier cette fréquence, on trouve des sons perçus de façon très comparable par l'oreille bien que plus aigus ou plus graves. Ces fréquences apparentées forment des intervalles réguliers que l'on nomme octaves2.

Mathématiquement, les fréquences des sons situés à chaque extrémité d'une octave valent le double l'une de l'autre : si on choisit comme point de départ la note standardisée la qui a une fréquence de 440 Hz, les octaves situées de part et d'autre de cette note auront pour extrémités les fréquences : 55, 110, 220, 440, 880, 1 760 Hz, et ainsi de suite3.

Physiquement, si une corde ou une colonne d'air dans un tuyau vibre à une fréquence de x Hz, une corde ou colonne de la moitié de sa longueur sonnera à l'octave supérieure (doublement des vibrations, x multiplié par deux). Diviser encore par deux la longueur aboutit à deux octaves (quart de la longueur, x multiplié par quatre), diviser encore par deux donne le huitième de la longueur et trois octaves




Élément ordinal, substantivé, correspondant au cardinal huit.

Ordinal = Désigne un adjectif ou un adverbe qui sert à indiquer l’ordre dans lequel sont rangées les choses
substantivé = Qui exprime la substance, substantiel (exemple : Homme, animal, oiseau, chaleur, beauté, pensée, vertu, abstraction )
cardinal huit = Du latin cardinalis (« relatif aux gonds », « cardinal, principal »), dérivé de cardo (« pivot », « charnière »). Le sens étant "quelque chose sur lequel on peut s'appuyer" au sens propre au départ puis de nos jours au sens figuré. Les nombres cardinaux ont été nommés ainsi car ils semblaient plus importants. Vertus cardinales (justice, prudence, tempérance, force). En mathématiques le 8 est opposable à un ordre ordinal et rang et indique la quantité. Cependant, il est indiqué cardinal huit, au sens propre.

Octans est la huitième partie du cercle servant à indiquer l'ordre dans le quel sont rangées les choses exprimant la substance, charnière sur laquelle on peut s'appuyer au sens figuré et quantité ordinal au sens propre.

D'où le sens mathématique et le sens "l’Octuple noble sentier" de la Fleur de Lotus symbolique, fleur éternelle en quelque sorte puisqu'elle est en même temps fleur et fruit symbolisant la simultanéité de la cause et de l’effet au sein de l’existence.

La légende du Lotus en Egypte

Le lotus faisait partie du mythe égyptien de la création du monde ;

d’après la légende, le lotus était issu du limon originel, et c’est de son calice qu’était sorti, sous les traits d’un bel adolescent, le divin Créateur.

La fleur de lotus, qui s’ouvre au lever du soleil pour se refermer à son coucher, était de ce fait même comparée au dieu du Soleil et au déploiement de la lumière hors du limon originel. Dans les tombes, où l’on déposait des couronnes de lotus, de nombreuses peintures murales, à Thèbes notamment, représentent des étangs recouverts de ces fleurs sur lesquels les morts naviguent dans des barques de roseaux.

Les colonnes « lotiformes » sont typiques de l’architecture égyptienne.

Le lotus et le papyrus réunis symbolisaient l’union des deux parties du royaume égyptien (la Haute et la Basse-Egypte). Le lotus bleu était plus apprécié que le lotus blanc car il exhalait une odeur plus suave ; il était l’attribut de Néfertoum, le jeune dieu de Memphis qui était le « Seigneur des parfums ». Ce lotus était appelé « la belle nennufer

Dans le sous continent indien : Le déploiement des pétales du lotus suggère l'épanouissement de l'âme

À cela il faut rajouter que le lotus puise sa substance vitale dans la boue pour s'épanouir, en effet, au-dessus de l'eau. Ainsi "la boue" représente les souffrances, les troubles, les désirs, qui sont le terreau même de notre épanouissement. Il est donc possible de transformer son karma par l'illumination, l'atteinte de la bouddhéité, grâce à notre éveil à la loi de causalité.

En Asie le lotus est auréolé de symboles et de sacrés.

Pureté et perfection, siège ou piédestal de divinités bouddhiques.

Erudition, été, fécondité le lotus est vraisemblablement la fleur incarnant le plus de symboles.

Le caractère sacré attribué au lotus s’explique principalement par la pureté de ses fleurs jaillissant de la saleté des eaux stagnantes !

C’est pour cela que dans la religion bouddhiste on l’assimile à la pureté du Bouddha, car la fleur s’épanouit, immaculée au-dessus des eaux si troubles ou polluées soient-elles.

De même que le lotus prend racine dans le limon et s’épanouit au soleil, tout être humain peut accéder à l’éveil, quelle que soit sa condition.

Dans l’iconographie bouddhique, Bouddha et les bodhisattva sont fréquemment représentés assis sur un lotus, posture qui symbolise l’atteinte de l’illumination.

Outre le pouvoir de création et la compassion, le lotus symbolise la connaissance qui, au fur et à mesure des réincarnations, permet d’atteindre le Nirvana.
Un autre symbole associé au lotus est le mont Fuji que les bouddhistes vénèrent quant à eux sa forme qui rappelle le bouton blanc de la fleur sacrée car les huit pics, qui surmontent la cime sont semblables aux huit pétales du Lotus.
Enfin nous trouvons au Japon Kannon reconnaissable à ses attributs: un vase à eau, contenant parfois une fleur de lotus (symbole de la pureté), et un rosaire.Les symboles au service de l’art

Le lotus est parfois le symbole d’un couple heureux parce que ses fleurs s’épanouissent parallèlement à ses fruits (male + femelle = par extension le couple).

Les chakras sont au nombre de 7, lien avec les 7 chandeliers dans l'Apocalypse selon Saint Jean, la création du monde en 7 jours, le 8ème jour est le premier jour du monde il est Phi en Grec ; en araméen Փ : le nombre d'Or. L chiffre 8 symbole de l'infini en mathématiques.

Les chakras sont au nombre de 7 mais en fait il en existe un huitième à la pointe du crane, important pour la santé, donne pouvoir de récupération physique et mentale, bénéfique pour la vue, apaise les émotions et améliore l'harmonie intérieure. Contrôle de la faim et de la soif et pouvoir de nous débarrasser de nos mauvaises habitudes alimentaires. Pas d'anxiété ni dépression ni nervosité, pas de sentiment d'oppression au niveau du cœur. C'est Bindu chakra, A l'aide de la langue qui contient des centres énergétiques subtils, celle ci répartit et collecte et correspondent à un organe ou à une partie du corps.

Les chakras, ces centres énergétiques s'ils sont éveillés sont "chakras aux milles pétales ; pétales du Lotus symbolique du 8 et par milles il faut entendre pétales à l'infini.

Le titre de bouddha (terme sanskrit बुद्ध buddha « éveillé », participe passé passif de la racine verbale budh-, « s'éveiller »)1, désigne une personne ayant, notamment par sa sagesse (prajñā), réalisé l'éveil, c'est-à-dire atteint le nirvāna (selon le hīnayāna), ou transcendé la dualité samsara (Saṃsāra)/nirvana (nirvāņa) (selon le Mahāyāna). Il peut être désigné par d'autres qualificatifs : « Bienheureux » (भगवत् bhagavat), « Celui qui a vaincu » (जिन Jina), « Ainsi-Venu » (तथागत Tathāgata

En voici donc des liens, et je pense qu'en étayant d'autres parviendront.

La symbolique où que nous la trouvions est la retranscription non littéraire et littéraire d'une perception qu'ont eu, nombre de personnes, au travers des âges. La philosophie Bouddhiste a basée sur cette symbolique et bien d'autres concepts et préceptes.
.
avatar
Hovorca
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 25/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://profession-de-foi.5forum.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum